L'éléphant dans les légendes populaires berbères

Éléphant, Musées MéditerranéeLes légendes populaires berbères sont souvent l'une des rares traces subsistant de l'histoire ancienne des Berbères.

Peu de sources écrites existent mentionnant les Berbères ou leurs ancêtres Ibéromaurusiens au cours de la préhistoire, exception faite des textes anciens grecs et romains.

Aucune image ni vidéo ne permet de se représenter précisément le contexte géographique et climatique qui prévalait dans la chaine de l'Atlas dans les temps préhistoriques.

Les chercheurs ont révélé l'existence d'un passé verdoyant dans le Sahara, dans les derniers millénaires avant notre ère. L'espace géographique du Maroc et de l'Algérie actuels accueillait une faune bien différente de celle que l'on peut observer de nos jours. Les fresques murales des sites rupestres comme les ossements de mastodontes retrouvés lors de fouilles archéologiques mettent en lumière la richesse, l'abondance et la diversité de la faune maghrébine de la préhistoire.

À l'occasion d'une exposition sur les mastodontes en 2015, le musée de la préhistoire de Tautavel, près de Perpignan, remonte le temps (1). Les premiers animaux imposants par leur taille et munis d'une trompe, communément appelés mastodontes, étaient présents en Afrique il y a 50 millions d'années.


Paléomastodontes, Afrique
Paléomastodontes présents en Afrique du nord il y a 35 millions d'années

Lointains cousins du mammouth, ancêtres de l'éléphant, ces proboscidiens pouvaient mesurer de 2 à 4 mètres de hauteur et posséder 2 ou 4 défenses, dont les plus longues atteignaient 6 mètres de longs. Ils disposaient de remarquables facultés d'adaptation, fréquentant les forêts, les savanes africaines ou les massifs montagneux de la chaine de l'Atlas.

Les ancêtres des Berbères, qualifiés d'Ibéromaurusiens, qui ont vécu dans l'Atlas il y a environ 30 000 ans, ont été en contact avec une faune sauvage dominée par les éléphants. La présence de cet animal très tôt dans l'histoire, sous un climat plus humide qu'aujourd'hui, va profondément marquer la culture berbère. (Lire l'article: "L'éléphant de la reine berbère Africa")

Le langue berbère ancienne, dans le radical de certains mots, illustre parfaitement la prédominance et l'admiration portée aux éléphants par les Berbères. Dans son analyse des légendes populaires berbères, Léonce Joleaud (1880-1938), paléontologue, livre en détail le vocabulaire des Touaregs formé autour des termes berbères Elou désignant l'éléphant et Oulou signifiant "être semblable" (2).


Éléphant, Mali
L'éléphant du désert, Mali

S'inspirant des textes anciens de Pline et de Plutarque, le dictionnaire du Père de Foucauld réunit des termes composés de la même racine Elou, comme le fait remarquer Léonce Joleaud.

Il relève que … le radical des mots du vieux berbère ou tamahee, dérivés du verbe Oulou, évoquent les notions : 1° de rivière, 2° d'éléphant, 3° d'ombre de forêt, 4° de lune du premier jour du mois lunaire, 5° de jeune pousse végétale ou de jeune feuille d'arbre.

Par ailleurs, le terme berbère antique lilou, encore usité de nos jours autour de El Jadida, anciennement Mazagan, au Maroc, signifie "s'asperger d'eau". On notera que, chez les berbères Beni Ouarain, les Aït Seghr, les Beni Iznacen et les Zouaoua, l'ombre se dit tili, comme chez les Touaregs du Mali. Le linguiste E. Laoust signale la parenté du mot tili avec le mot Amalou qui désigne le versant d'une montagne orientée au nord et à l'ouest.

Ainsi, le nom du fleuve marocain Amilus, précédemment évoqué dans l'article "La symbolique de l'éléphant chez les Berbères", affluent de la Moulouya, au nord-est du Maroc, évoque tout un panorama.

Amilus évoque l'eau, l'oued, le bassin versant d'un flanc de montagne exposé au nord-ouest, l'ombre et les étendues ombragées, la notion de s'asperger d'eau et l'éléphant lui même.


Moyen Atlas, Taza, Maroc
Vue des flancs nord-ouest du Moyen Atlas marocain à proximité du fleuve Moulouya

Léonce Joleaud donne une curieuse indication à propos des gravures rupestres d'éléphants de l'oued Cheria au Maroc, non loin du fleuve Moulouya. L'une d'entre elles représente un éléphanteau cherchant refuge sous le ventre de sa mère, évoquant le rôle protecteur des pachydermes. Des lignes ondulées indiquent la présence d'eau sur l'animal par aspersion et ruissellement. Un autre éléphant figure recouvert, au dessus du dos, de lignes ondulées. Ce symbole est le plus ancien signe des hiéroglyphes égyptiens et est rattaché à l'eau.

Ces lignes ondulées des gravures rupestres marocaines rappellent les témoignages de chasseurs qui ont suivi les éléphants aux abords des fleuves en Afrique. Ces derniers ont rapporté le spectacle surprenant d'éléphants traversant une rivière en file indienne, submergés entièrement par l'eau, dont seule la trompe dépasse de la surface de la rivière.

Éléphant dans la rivière
Éléphant traversant la rivière - © Caters News Agency

Ce spectacle a très certainement impressionné les Berbères dans l'antiquité, les incitant à graver cette scène sur la pierre. Léonce Joleaud avance que ces scènes, couplées à l'habitude des éléphants de venir prendre un bain à la pleine lune et à la notion de purification par l'eau, a engendré chez les berbères un rapprochement entre les éléphants et des croyances religieuses.

Tout comme le journal du Dailymail qui a consacré un article entier au spectacle d'un éléphant traversant une rivière en Afrique, en utilisant sa trompe comme un tuba (3).

La longue coexistence entre les Berbères de l'Atlas et les éléphants, partageant un même territoire, se traduit par une profusion de symboles et de croyances religieuses. Elle a largement influencé la langue berbère et le rapport des Berbères à la notion de protection. La reine Africa, coiffée de sa proboscis, était la protectrice des marchands, nomades berbères parcourant l'Atlas et le Sahara à l'image des éléphants de l'Atlas, semblables à ceux du désert au Mali.



Sources

1 - Mastodontes une histoire de familles, Exposition, 2015, Musée de Tautavel, Centre Européen de Préhistoire

2 - Gravures rupestres et rites de l'eau en Afrique du Nord, Léonce Joleaud, Journal de la Société des Africanistes, Année 1934, Volume 4, Numéro 2, pp. 285-302

3 - Elephant going for a swim underwater in Botswana, By Jack Crone for MailOnline, Dailymail, 18 June 2015


Crédit photos

- Éléphant, Musées Méditerranée, via musees-mediterranee.org

- Paleomastodon, via Wikimedia Commons

- The Desert Elephants of Mali, via savetheelephants.org

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.