Les nouvelles voies migratoires des Berbères

Alors que les voies du désert restent impénétrables pour beaucoup d'entre nous, le Sahara se présente sous un jour nouveau. Des chercheurs anglais du Collège Royale de Londres et de l'Université de Cambridge ont réussi à cartographier les anciens lits de rivières et les emplacements des méga lacs du Sahara à une période récentes comprise entre - 11 000 et - 8 000 ans avant l'ère chrétienne (1).

Ces dates correspondent à l'age du Pléistocène supérieur, qui prend fin il y a 11 700 ans, marquant la fin de la dernière période glaciaire. L’époque géologique suivante sera celle de l'Holocène, qui verra s'accélérer la fonte des glaciers sous l'effet du réchauffement climatique. Le niveau des océans sera remonté de 135 mètres, pour atteindre le niveau actuel il y a 6000 ans. Cette période de l'Holocène couvre les 10 000 dernières années.

Contemporains de ces méga lacs, les Ibéromaurusiens (ancêtres des Berbères) peuplaient le massif de l'Atlas et le nord du Sahara. Ils assistaient à des migrations d'hommes et d'animaux remontant depuis le fleuve Niger au cœur du Sahara.

Un troupeau d'éléphants en bordure du fleuve Niger
Un troupeau d'éléphants en bordure du fleuve Niger

Les auteurs de cette étude rappellent que les preuves s'accumulent qui placent l'Afrique sub-saharienne au centre de l'évolution humaine. Définir et mieux comprendre les routes migratoires à travers le Sahara permet d'appréhender avec plus de justesse l'histoire du peuplement humain autour de la méditerranée et au delà.

Selon la théorie officielle, le Nil fut un couloir de migrations pour l'humanité naissante, le désert du Sahara représentant une barrière naturelle infranchissable. Cette étude montre que ce ne fut nullement le cas. Le Sahara, à l'époque des migrations vers le nord, fut au contraire un lieu de vie regroupant des populations humaines et un large éventail d'animaux sauvages (En savoir plus, nouvelle fenêtre).

On peut se faire une idée de la faune qui peuplait le Sahara en se penchant sur la faune actuelle du Niger. Celle-ci apparait comme une rémanence de la faune sauvage de l'ancien Sahara verdoyant.

D'après les chiffres publiés en 2010 par le Ministère de l’eau, de l’environnement et de la lutte contre la désertification du Niger (2), le pays abrite l'une des faunes les plus riches en Afrique de l'Ouest:

En matière de la faune, le Niger se place parmi les états de l’Afrique de l’ouest renfermant une importante faune sauvage dans sa diversité et sa richesse. En effet, on y rencontre la faune des montagnes, la faune saharienne, sahélienne et sahélo- soudanienne, avec plus de 130 espèces de mammifères, environ 600 espèces d’oiseaux, au moins 150 espèces de reptiles et d’amphibiens.
- Stratégie nationale et plan d’actions pour la conservation durable des éléphants au Niger. (2)

La désertification au Niger
La désertification au Niger

Ce processus de désertification, commencé à l'Holocène, se poursuit encore aujourd'hui au Niger et sur toute la frange sud du Sahara. Un document d'archive du CIRAD de 1973 (3) faisait déjà état des rudes conséquences de la sècheresse sur ces pays comme au Mali, au Niger, en Mauritanie ou encore au Tchad. Mortalité élevée du bétail, réduction drastique de la production agricole et forte migration vers le sud, c'est tout un équilibre naturel qui est rompu. Le document précise que, durant la saison sèche, l'Afrique entière flambe, des lignes de feu courent partout, poussées par les vents secs.

Les Touaregs du Niger, rattachés aux Berbères, se réfugient toujours plus au sud, vers des contrées plus fertiles. Les animaux sauvages en ont fait de même, se regroupant sur à peine 7% du territoire du Niger.

Analysant les variations du climat au cours des derniers millénaires, l'auteur rappelle que le Sahara a connu, entre 8000 et 6000 av. J.-C., une période pluviale intense nommée Gambien. Le Sahara a alors accueilli une faune de type équatorial. Vers - 3000, le désert du Sahel était un grand lac entouré de marécages.

Les résultats de l'équipe de chercheurs anglais montrent qu'à ces époques reculées, le Sahara offrait un paysage bien différent. Il était constitué d'un ensemble de lacs immenses reliés entre eux par des fleuves et rivières.

Les lettres A à D figurent les bassins versants des méga lacs, les lettres de E à I ceux des rivières reliant ces méga lacs.

La Paléohydrologie du Sahara était particulièrement développée au début de l'Holocène il y a 10 000 ans. Les lacs (taches sombres) formaient une étendue de plus de 500 km d'une rive à l'autre. Ils étaient reliés entre eux par de vastes réseaux de fleuves et rivières alimentés par 4 bassins versants.

On notera la présence du méga lac Ahnet-Mouydir (en dessous de la lettre C), dont le bassin versant englobe en partie le Haut et le Moyen Atlas marocain. La limite nord-ouest de ce bassin versant flirte avec le tracé du fleuve Drâa au sud du Maroc actuel.

Cela nous ramène à une fameuse légende colportée depuis l'antiquité par les Berbères à l'ouest de l'Atlas. Certains peuples berbères du sud marocain prétendaient qu'une source du Nil se trouvait dans le Haut Atlas au Maroc (Lire l'article).

Il était question du fleuve Drâa apparaissant mystérieusement au sud de Ouarzazate au Maroc, qui, dans l'antiquité, disparaissait dans les sables pour réapparaitre plus à l'ouest, rejoignant un immense lac ...

Se pourrait-il que cet immense lac de l'antiquité soit le méga lac Ahnet-Mouydir ? Les voies migratoires des Berbères au cours de l'antiquité allaient-elles préfigurer les futures routes commerciales de Marrakech à Tombouctou ?

Le seul couloir du Nil comme voie de migrations vers le nord au cours de l'antiquité apparait bien dérisoire au regard du réseau complexe de lacs, fleuves et rivières du Sahara à l'Holocène il y a 10 000 ans.

À suivre ...



Sources

1 - Ancient watercourses and biogeography of the Sahara explain the peopling of the desert - PNAS, Nick A. Drake, 2010

2 - Stratégie nationale et plan d’actions pour la conservation durable des éléphants au Niger - Ministère de l’eau, de l’environnement et de la lutte contre la désertification, Niger, 2010

3 - Désertification de l'Afrique au sud du Sahara - J.-C. Delwaulle, Centre Technique Forestier Tropical Niger, Haute-Volta, Revue Bois et Forêts des Tropiques, n° 149, Mai-Juin 1973



Crédit photos

- Troupeau d'éléphants, Niger

- La désertification au Niger

- Palaeohydrology of the Sahara

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.