Les Berbères du delta du Nil

Les Berbères sont un peuple de nomades répartis sur le nord de l'Afrique et une partie du Sahara depuis l'antiquité. Leur histoire est souvent méconnue, ils ont laissé peu de traces de leur passé nomade semi-sédentaire. En conséquence, une part de mystère les entoure.

Pourtant, en se penchant sur la culture berbère et sur l'origine de ce peuple, au travers de quelques articles sur ce blog (voir La Saga Berbère), on découvre une civilisation pour le moins brillante.

L'histoire des Berbères résonne de noms éloquents comme Atlas, Poséidon, Gaïa, Antée ou encore les Colonnes d'Hercule, les Atlantes ou le Jardin des Hespérides. Et la liste pourrait se poursuivre encore, la mythologie berbère respire toujours ... elle est bien vivante.

Vue satellite du Haut Atlas marocain, NASA
Vue satellite du Djebel Toubkal, Haut Atlas marocain, non loin de Marrakech, NASA

Hérodote, Platon ou Dante ont évoqué les Berbères dans leurs écrits. Et bien sûr, ils ont contribué à bâtir des légendes qui traversent les époques et résistent au temps.

Un Berbère se définit depuis toujours comme un Amazigh. Les archéologues parlent d'Ibéromaurusiens, les historiens grecs de Gétules ou de Libyens. Les Romain les qualifiaient de Maurétaniens, les Ibères les appelleront Guanches aux îles Canaries, et à la fin du Moyen-Age, ils étaient des Maures ou des Sarrasins. De nos jours, on parle de Berbères.

Étrange cette tradition de changer la dénomination de ce peuple à chaque période de l'histoire. C'est bien le signe d'une méconnaissance profonde, que de ne pas pouvoir s'accorder sur un nom à donner à ce peuple.

Mastaba Faraoun à Saqqarah, delta du Nil
Mastaba Faraoun à Saqqarah, delta du Nil. (Un mastaba est l'évolution d'un tertre funéraire)

L'histoire des Berbères se mêle à celle des Grecs, des Perses, des Phéniciens, des Romains et des Égyptiens. Mais c'est de l’Égypte ancienne dont nous allons parler maintenant.

Quand l'ADN prend la parole ...

Tout commence par la lecture d'un article intitulé "Quand l’Égypte était Amazigh" sur le blog Kabylie Politique (1). L'article fait état d'une « extraordinaire découverte scientifique [...] sur l’Égypte ». Un anthropologue français aurait prouvé génétiquement l'origine Amazigh des premiers Égyptiens. Il s'agit du professeur Gérard Lucotte, Docteur en Génétique auprès du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, enseignant l'anthropologie biologique au 3ème cycle d’Évolution Humaine.

Cette étude a fait exploser la conception généralement admise de l'origine des acteurs de l’Égypte ancienne. Ce n'est pas moi qui le dit mais, selon l'auteur du blog, Bernard Lugan:

Monsieur, Bernard Lugan, docteur en histoire, africaniste, n’hésite pas à parler d’un tremblement de terre. D’un séisme qui emportera toutes les thèses, de nombreux « savants » sur lesquelles repose l’histoire officielle de l’UNESCO, le congrès de Durban. Leurs travaux, affirme-t-il, seront pulvérisés, réduits à néant, par la découverte de monsieur Lucotte.
- Quand l’Égypte était Amazigh, Blog Kabylie Politique (1)

J'ignore si ce docteur en histoire a réellement tenu ces propos, mais faisons confiance à ce blog.

L'article poursuit sur la présentation de son travail d'historien:

Son hypothèse, développée dans son livre « Histoire de l’Égypte ancienne », chapitre : L’influence amazighe dans la création de l’Égypte - paru deux ans avant la publication de monsieur Lucotte, démontre [...] une matrice culturelle, commune aux anciens Égyptiens, [...] de souche amazighe.
- Quand l’Égypte était Amazigh, Blog Kabylie Politique (1)

L'avis personnel de l'auteur du blog aurait pu être un peu plus nuancé:

Toutes les études relatives aux origines des fondateurs de l’Égypte, basées sur le mensonge, la propagande et la négation des falsificateurs de l’histoire, déguisés en justiciers de l’Histoire, s’écrouleront.
- Quand l’Égypte était Amazigh, Blog Kabylie Politique (1)

Présentée sous cette forme, cette information semble révolutionnaire, sensationnelle, elle ne l'est pourtant pas. L'avis de l'auteur du blog se révèle sans fondement. Les Berbères ne sont pas un peuple banni par les historiens.

Je crois au contraire que les Berbères jouissent d'un profond respect de la part des historiens, ethnologues ou archéologues, entre autres. Il est loin le temps des chansons paillardes du Narbonnais égratignant la mémoire des Maures. Et que dire de l'amour des Corses pour leur drapeau représentant une tête de Maure ? Les Berbères seraient plutôt auréolés d'un certain prestige, et pas seulement au Maroc. Et de façon assez mystérieuse d'ailleurs.

Une histoire méconnue

L'histoire des Berbères n'est pas ignorée par les historiens. Si elle reste méconnue du grand public, elle est néanmoins largement présente chez les auteurs depuis l'antiquité et l'UNESCO n'est pas en reste. Peut-être que l'histoire des Berbères manque tout simplement de relais crédibles dans nos sociétés modernes.

Delta du Nil, Égypte
Vue satellite du Delta du Nil, Égypte

Selon les archives de l'UNESCO, les Berbères seraient à l'origine de la population égyptienne dès l'antiquité, selon une thèse présentée lors d'un Symposium en 1978:

A la suite de G. Elliot Smith (Smith, 1923, p. 53-69) et, plus anciennement, de Sergi (Sergi, 1895), la majorité des égyptologues (Vandier, 1952, p. 22) estime que la population primitive qui occupe la vallée du Nil égyptienne et nubienne, dès le Pré-dynastique [...] appartient à une «race brune», «méditerranéenne» ou encore «euro-africaine», souvent improprement appelée «hamite», ou «chamite» ou encore «khamite». Cette population [...] se subdiviserait en deux groupes, l'un oriental (Égyptiens anciens, Bejas, Callas, Somalis, anakils), l'autre septentrional (Libyens et Nubiens anciens, Berbères d'Afrique du Nord, Touaregs et Toudous du Sahara, ainsi que les anciens Guanches des Canaries et, enfin, les Peuls).
- Le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l'écriture méroïtique, Page 19, archive UNESCO. (2)

La période Pré-dynastique dont il est question ici s'étend de 8000 ans à 3400 ans avant J.C.

Comme chacun sait, les Libyens, les Berbères d'Afrique du Nord, les Touaregs et les anciens Guanches des Canaries appartiennent tous au peuple Berbère. Et ces groupes berbères ont constitué en partie le peuplement d'origine de la vallée du Nil entre - 8000 et - 3400, selon cette thèse des archives de l'UNESCO.

Pour aller plus loin sur ces sujets:

On peut reconnaitre à l'UNESCO, au sujet du peuplement originel de l’Égypte antique, une parfaite clarté voir transparence. Ce qui décrédibilise un peu le docteur en histoire Bernard Lugan, si il a réellement tenu ces propos, ce dont je doute ...

Cependant, l'idée d'un peuplement pluriel des rives du Nil dans l'antiquité n'est pas nouvelle. Gaston MASPERO (1846-1916), qui fut Professeur de langue et d’archéologie égyptiennes au Collège de France à Paris et Directeur Général des Antiquités de l’Égypte, évoque une théorie de peuplement berbère de l’Égypte ancienne en 1895:

L'hypothèse d'une origine purement asiatique soulève des difficultés considérables, car, au point de vue anatomique, le gros de la population nous offre tous les caractères des nations blanches qui se sont établies de toute antiquité sur les versants méditerranéens du continent libyque, et qui peut-être vinrent elles-mêmes de l'Europe méridionale elles se seraient glissées dans la vallée par l'Ouest ou par le Sud-Ouest.
- L'Égypte jusqu’à l’invasion des Pasteurs, Maspero, 1895 (3)

Le continent libyque est ici le continent africain. Libyque vient de Libye, le terme par lequel les anciens Grecs ont désigné le Nord de l'Afrique, puis le continent africain par extension.

Extension de la culture ibéromaurusienne
Extension de la culture ibéromaurusienne vers 10 000 avant J.C.

Ces "caractères des nations blanches" venus de l'Ouest, signalés par Gaston MASPERO dès 1895, pourraient provenir des Ibéromaurusiens qui occupaient les deux rives du détroit de Gibraltar au Néolithique, ainsi que le littoral algérien, entre 10000 ans et 8000 ans avant J.C. Ces derniers seront désignés sous le terme Proto-Berbères par la suite, après que les Ibéromaurusiens se soient mêlés à la civilisation capsienne (actuelle Tunisie).

Dans un précédent article, il était fait mention du faciès reconstitué d'un Ibéromaurusien, l'homme de Mechta-Afalou:

Sur le site de Afalou en Algérie, l'occupation remonte entre 10 000 ans B.P. et 8000 ans B.P., et le faciès de l'occupant a été réalisé par Elisabeth Daynes.
- Ce mystère qui entoure les Berbères (4)

Une révélation étonnante

La répartition des Berbères au Nord de l'Afrique, depuis les cotes atlantiques du Maroc jusqu'aux rives du Nil, au cours des derniers millénaires avant l'ère chrétienne, est largement admise par les historiens. Et l'idée qu'ils ont contribué au peuplement originel de l’Égypte ancienne l'est tout autant.

Mais la vraie révélation, celle qui peut nous laisser stupéfaits, sans voix, est encore à venir ...

Pyramides d’Égypte
Pyramides d’Égypte - © Ricardo Liberato, liberato.org

Pour cela, il nous faut poursuivre la lecture du document d'archive de l'UNESCO, et s'arrêter un instant sur la période Protodynastique (page 20). Cette période marque la transition entre la préhistoire égyptienne et les premières dynasties pharaoniques (-3400, - 3175).

Le document d'archive a rendu compte de la composition du peuplement de l’Égypte à la fin du Néolithique (un groupe oriental et l'autre septentrional), sur laquelle les égyptologues s'accordent dans leur majorité. Mais il fait apparaitre des divergences sur cette composition pour la période Protodynastique qui a suivi.

Le fleuve du Nil, Égypte
Le fleuve du Nil, Égypte

En 1978, date de publication de ce document, trois théories se confrontent. Une première hypothèse considère que le peuplement n'a pas changé au cours de cette période. Une deuxième théorie avance qu'une migration venue d'Asie aurait modifié le peuplement et accéléré l'essor culturel de l’Égypte.

Mais c'est la troisième théorie qui a retenu mon attention:

Une troisième hypothèse fait intervenir une ethnie différente venue non pas d'Asie, du moins dans l'immédiat, mais du delta où, installée depuis un temps indéterminé, elle se serait développée, puis elle aurait remonté le Nil, apportant la civilisation aux autochtones du sud; c'est ce qu'on appelle souvent la «race dynastique» (Derry, 1956).
- Le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l'écriture méroïtique, Page 20, archive UNESCO. (2)

Se pourrait-il que cette «race dynastique» soit celle des Berbères ? On notera que, aux alentours de 3000 ans avant J.C., une première vague de Guanches Berbères avait posé le pied sur les îles Canaries à 150 km des cotes marocaines. Quelle était la motivation des Guanches ? Car 3000 ans avant J.C., il fallait une réelle motivation pour s'aventurer au large dans l'océan atlantique.

L'explication la plus pertinente à ce phénomène de migration est de considérer le lent processus de désertification du Sahara. Car environ 3000 ans avant J.C., le Sahara quittait une longue période humide.

Lire l'article: Le mystérieux Sahara verdoyant

Cette période humide a été confirmée par une étude scientifique. Les emplacements d'anciens lits de fleuves et de rivières sur la façade occidentale du Sahara apparaissent sur des images satellites.

Lire l'article: Sahara, un réseau fluvial digne de l'Amazonie

Les communautés humaines peuplant ces anciennes zones humides sont en partie remontées vers le Nord et le delta du Nil pour fuir la sécheresse qui s'installait.

Cet exemple illustre l'esprit de nomadisme et d'émancipation, voir d'errance, du peuple berbère. Leurs capacités d'adaptation, et certainement leur ingéniosité, les destinent indifféremment au désert ou à l'océan atlantique comme à la mer méditerranée ou aux rives du Nil.

Force est de constater que le peuple berbère n'est pas un peuple de conquérant, au sens propre du terme. Il ne partait pas en conquête mais en nomade. Il s'est intégré à la civilisation capsienne, et a assimilé les Carthaginois puis les Romains. Et en Égypte ?

Les Berbères étaient déjà présents dans le delta du Nil au cours de la période prédynastique (-8000, -3400) comme on l'a vu.

Auraient-ils constitué une civilisation avancée dans le delta du Nil à cette période ? Ou étaient-ils les dépositaires d'une civilisation avancée ? Étaient-ils les seuls ?

Une civilisation suffisamment avancée pour venir amorcer l'essor culturel de l’Égypte lors des toutes premières dynasties pharaoniques.


À suivre ...

Auteur: Pascal Guillermard


Sources

1 - Quand l’Égypte était Amazigh, Blog Kabylie Politique -

2 - Le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l'écriture méroïtique, Histoire générale de l'Afrique; Études et documents; Vol. 1, Symposium, UNESCO, 1978 -

3 - L'Égypte jusqu’à l’invasion des Pasteurs, Livre 1, HISTOIRE ANCIENNE DES PEUPLES DE L'ORIENT; Gaston MASPERO, 1895 -

4 - Ce mystère qui entoure les Berbères, Sur ce blog, 09/2015 -

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.