Les Berbères au temps des Carthaginois

Lorsque la Faculté de Biologie de Tenerife publie en 2003 un article sur l'origine Berbère des aborigènes des îles Canaries, c'est tout un monde mythique qui refait surface.

Lire l'article à ce sujet: L'étonnante histoire du Berbère Pinzón (suite).

Pic de Teide, îles Canaries
Le Pic de Teide, vu depuis l'île de La Palma, îles Canaries (a) - © Dominic Dähncke

Les îles Canaries sont situées dans l'atlantique au large des cotes marocaines, à environ 150 km de Tarfaya et du cap Juby. Tenerife est la plus grande et la plus peuplée des îles Canaries. Elle abrite le pic de Teide qui culmine à 3718 mètres, visible en haut sur cette photo.

Les Guanches Berbères des îles Canaries

Le Pic de Teide est en fait un volcan, c'est même le troisième plus grand volcan du monde à sa base. En 1910, René Basset, alors Directeur de l’École Supérieure des Lettres d’Alger, spécialiste des langues Berbères et Arabes, écrivait :

Aux Canaries, le pic de Teyde, où était l’enfer (Echeyde) était habité par un démon du nom de Guayota ou Huayota ; celui de Palma se nommait Irnene.
- Recherches sur la religion des Berbères, René Basset, 1910, page 5, (1)

Guayota est un démon dans la mythologie des Guanches. Les Guanches sont les premiers habitants des îles Canaries et sont d'origine Berbère. Guayota habite donc l'enfer (Echeyde) qui se trouve à l'intérieur du volcan Teide pour les Guanches.

Pic de Teide, îles Canaries
Le Pic de Teide, recouvert de neige, îles Canaries (b)

René Basset évoque ici la mythologie Berbère et la fascination qu'opéraient sur eux les pics et massifs montagneux. C'est encore le cas avec le Massif de l'Atlas, territoire des Berbères depuis l'Antiquité. Dans la mythologie grecque, Atlas le Titan soutient le Monde. Chez les Guanches de Tenerife, d'origine Berbère, dieu s'appelait "Atguaychafunataman", ce qui signifierait "celui qui soutient les cieux". Ce nom semble plutôt correspondre au massif de l'Atlas, bien que la légende soit celle des Berbères des îles Canaries. Il faut rappeler ici que les groupes Berbères pouvaient s'approprier des légendes et les raconter avec les noms de leurs propres dieux. Comme le faisait d'ailleurs chaque groupe ethnique d'une civilisation.

Poséidon, un dieu d'origine Berbère

Il semblerait que chez René Basset, la présence des Berbères sur les îles des Canaries ne fasse aucun doute. Les Berbères auraient donc rejoint les îles Canaries par bateaux depuis les cotes marocaines dès l'antiquité. D'ailleurs, René Basset révèle le lien historique des Berbères avec la mer. (À l'époque des invasions phéniciennes, 800 ans avant J.C., les peuples du nord de l'Afrique étaient alors désignés par le terme Libyens) :

Hérodote (Histoires . l. II, ch. 50) nous dit que ce sont les Libyens qui ont révélé Poséidon ; que nul avant eux n’avait prononcé son nom et qu’ils l’avaient toujours honoré comme un Dieu.
- Recherches sur la religion des Berbères, René Basset, 1910, page 23, (1)

Les Berbères auraient ainsi porté à la connaissance des Grecs le Dieu de la mer Poséidon selon Hérodote, historien grec du Vè siècle avant J.C.. Rappelons que le domaine de Poséidon, le Dieu de la mer, était l'Atlantique, connu seulement des Berbères à cette époque.

Poséidon, Dieu de la mer
Poséidon, Dieu de la mer représenté avec son triton (c)

L'Historienne et conférencière Renée-Paule Guillot le souligne dans son livre sur les Cathares:

Des Berbères, des nomades, [...] Mais leur pivot est resté depuis 3000 ans le Hoggar, avec les contreforts de l'Atlas, royaume du dieu Poséidon. Celui-ci est né comme A-thy-na (Athénée) en Libye et les Anciens désignent son empire sous le nom d'Atlantide, en référence à l'Atlas que soutient sur ses épaules un géant du même nom.
- Le défi cathare, Renée-Paule Guillot, 1998, page 166, (2)

Dans son livre, Renée-Paule Guillot fait référence à la dame Blanche africaine, l'A-thy-na-Tritonide. En effet, dans la mythologie Berbère, il est fait mention de l'ancien royaume berbère appelé Royaume Tritonide ... près du lac Triton, au bord duquel serait née A-the-na (3).

Décidément, les Berbères occupent une place de plus en plus centrale dans les mythologies antiques, et toujours en lien avec le mer et l'océan, à l'image de Poséidon représenté avec son triton.

Il semblerait ainsi que la présence des Berbères sur les îles Canaries remontent à quelques siècles avant J.C., et qu'ils occupaient peut-être déjà les lieux lors du voyage de Hannon.

Le périple de Hannon

Vers le Vè siècle avant J.C., le navigateur carthaginois Hannon fut chargé par Carthage d'explorer les cotes atlantiques de l'Afrique du Nord, au delà des colonnes d'Hercule, et d'y installer des colons. Carthage était une cité bâtie en 814 av. J.C. dans le golfe de Tunis par les Phéniciens de Tyr sur les terres des Berbères. Les Carthaginois étaient donc un mélange de Berbères et de Phéniciens.

Djebel Musa, Maroc
Le Djebel Musa, Maroc, vu depuis le rocher de Gibraltar, les 2 colonnes d'Hercule (d)

Le récit original de ce périple, rédigé en langue punique, n'a pas été retrouvé. Mais le texte grec qui le reprend serait la traduction d'un texte phénicien qui a été gravé sur des plaques dans le temple de Kronos. Beaucoup d'historiens considèrent que ce texte contient des anomalies, alors que d'autres considèrent qu'il s'agit d'un faux. D'autres enfin pensent que ce texte est une compilation de récits antiques relatant plusieurs voyages par mer le long des cotes actuelles du Maroc.

Le périple de Hannon
Le périple de Hannon (supposé) (e)

Cette dernière hypothèse est reprise dans l'encyclopédie en ligne Imago Mundi créée par le journaliste scientifique et vulgarisateur Serge Jodra (4):

Mais, comme on va vite le constater, quelles que soient les options que l'on adopte, des anomalies subsistent toujours. Il y a d'abord les exagérations : soixante vaisseaux et 30 000 hommes, cela semble beaucoup. [...] De fait, le récit est d'évidence celui de plusieurs voyages, avec des objectifs différents.
- Le Périple d'Hannon, Serge Jodra, Encyclopédie en ligne Imago Mundi (4)

Une hypothèse que l'on retrouve dans le livre de Colette JOURDAIN-ANNEQUIN, Professeur en Sciences humaines et humanités à l'Université Pierre Mendès-France à Grenoble, à propos des sources multiples de ce récit:

Il a pu exister plusieurs sources dès l'origine punique; des éléments divers y sont incorporés "si bien que nous ne pouvons discerner si il s'agit d'un mélange originel ou d'une contamination occasionnelle."
- Héraclès aux portes du soir: mythe et histoire, Colette JOURDAIN-ANNEQUIN (5)

Que le carthaginois Hannon ait pu faire ce voyage ou non, il n'en reste pas moins que les Carthaginois ont de tout temps été considérés comme de grands navigateurs et comme étant les premiers à s'aventurer dans l'océan Atlantique.

Tarfaya, Cap Juby
Tarfaya, Cap Juby, Maroc, en face des îles Canaries (f)

On peut dès lors s'interroger sur la part de vérité du récit de son voyage, et faire le lien avec les Berbères. Les emprunts de ce récit ne proviendraient-ils pas des Berbères, qui connaissaient déjà la navigation dans l'Atlantique, au point d'avoir posé le pied sur les îles Canaries ?

Bateau PhénicienEn tous cas, il parait difficile d'imaginer que les Carthaginois n'ont pas bénéficier des connaissances des Berbères en terme de navigation, alors même qu'ils avaient édifié une colonie sur les terres des Berbères.

Ci-contre: Un bateau phénicien, Khorsabad, VIIIe siècle avant J.C. (g)

Ci-dessous: Un bateau de commerce carthaginois, après la fondation de Carthage en terre Berbère par les Phéniciens. On remarque une évolution de la forme du bateau, et l'apparition des voiles.

Un bateau de commerce carthaginois
Un bateau de commerce carthaginois avec ses voiles (h)

Sans être un spécialiste de la navigation, ni prétendre que cette évolution des bateaux carthaginois soit le fait des Berbères, on ne peut s'empêcher de songer que ce bateau carthaginois était certainement plus apte à voguer sur les flots tumultueux de l'océan Atlantique que les bateaux phéniciens inspirés des galères.

Et si le périple d'Hannon n'était au fond qu'une compilation de récits Berbères recueillis par les Phéniciens, et que ces derniers auraient voulu s'en accorder la paternité ? On sait que les Berbères n'ont pas laissé de traces écrites au cours de leur histoire. Une lacune que les Carthaginois auraient comblé en partie, s'appropriant ainsi les connaissances de la navigation des Berbères.

Et si les frères Pinzón avaient tenu le même rôle auprès de Christophe Colomb, 2000 ans plus tard, en lui prodiguant de précieux conseils ? Leur origine Berbère n'est pas attestée, mais ils ont grandi en Andalousie, au XVè siècle, alors occupée par les Maures, un mélange de Berbères et d'Arabes.

Christophe Colomb
Christophe Colomb pose le pied en Amérique, 1492 (i)

Il parait évident que les Berbères avaient une longue tradition de la navigation dans l'Atlantique. N'oublions pas que Christophe Colomb avait d'abord pris la direction plein Ouest en quittant l'Espagne. Ce sont les frères Pinzón, commandant la Pinta et la Nina, qui l'avait réorienté vers les îles Canaries, à une époque où les Européens étaient censés de pas connaitre les secrets de la navigation dans l'océan Atlantique. Pour leur faire profiter des courants marins favorables en vue d'une traversée de l'Atlantique ? Et d'où les frères Pinzón auraient-ils tenu cette information si ce n'est auprès des Maures ? Car les Berbères connaissaient très bien les courants marins des îles Canaries ...

Dans ce cas, les Européens, comme les Carthaginois 2000 ans plus tôt, se seraient appropriés les mérites des Berbères, les premiers déclarant haut et fort avoir découvert l'Amérique ...

Dans un prochain article, nous explorerons l'histoire de Juba II, un roi berbère qui a fait état de voyages des Berbères sur les îles Canaries dans l'Antiquité. Il nous restera aussi à approfondir les preuves de la présence de sang berbère chez les habitants originels des Amériques. Et que dire des karaques maures, les "petits bateaux des Sarrasins", les ancêtres probables des caravelles de Christophe Colomb ?

Cette saga des Berbères, présents dans toutes les aventures des marins ayant parcouru l'océan Atlantique depuis l'Antiquité jusqu'au XVè siècle et Christophe Colomb, a commencé un soir de juillet 2015, sous une chaleur écrasante, à Marrakech, avec cet article : Aux racines de l'artisanat marocain, Al-Andalus. Où l'on découvre que les artisans marocains sont les dépositaires du fabuleux héritage hispano-mauresque d'Al-Andalus. Un héritage culturel qui a transformé l'Occident chrétien durant le haut Moyen-Âge ...

Au total, ce sont six articles (à ce jour) à découvrir sur l'incroyable épopée du peuple Berbère depuis l'Antiquité. Au Maroc, où les Marocains et Marocaines sont si fiers d'énoncer leurs origines à la fois Berbères et Arabes, il reste l'architecture et l’artisanat comme les dernières traces éternelles du peuple Berbère.

Ah j'oubliais, il reste les Berbères eux-même en personne ... Que Atlas le Titan et la reine berbère Athena Tritonis, la gardienne et protectrice, les protègent.

Car Atlas a été condamné à porter la voute céleste sur ses épaules, sans coussins pour les protéger du mal, par Zeus qui le vainquit lors de la guerre des Titans contre les Dieux de l'Olympe. Les Cyclopes donneront comme arme le Trident à Atlas et la Foudre à Zeus ...


Retrouvez sur Facebook, Googleplus et sur Twitter la chronologie des articles publiés sur ce blog.


Sources:

- (1) Recherches sur la religion des Berbères, René Basset, Revue de l’histoire des religions, Paris, 1910, 57 pages

- (2) Le défi cathare, Renée-Paule Guillot, Lanore, 1998, 234 pages

- (3) Athéna, déesse libyenne de Tritonie, Mythologie Berbère

- (4) Le Périple d'Hannon, Encyclopédie en ligne Imago Mundi, Serge Jodra.

- (5) Héraclès aux portes du soir: mythe et histoire, Colette JOURDAIN-ANNEQUIN, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1989, 729 pages.


Crédits photos:

- (a) Le Pic de Teide, Galerie de photos, Dominic Dähncke, Photographe

- (b) Le Pic de Teide enneigé, Pepelopex, commons.wikimedia.org

- (c) Poseidon God of the Sea, Poseidon God of the Sea, by Darkness84

- (d) Vista de la orilla africana del estrecho de Gibraltar desde España, Vista de la orilla africana del estrecho de Gibraltar desde España, jose rambaud, commons.wikimedia.org

- (e) Le périple de Hannon, Le périple de Hannon, Encyclopédie en ligne Imago Mundi

- (f) Tarfaya, Cap Juby, Maroc, Tarfaya, l’un des joyaux de la côte atlantique marocaine!, Anas, Blog Bab Firdaus

- (g) Un bateau phénicien, Carthage, rivale de Rome, Jean-François Zilberman, Herodote.net

- (h) Un bateau de commerce carthaginois, Un bateau de commerce carthaginois, Carthage

- (i) Christophe Colomb, Christophe Colomb, «Terre ... !», CityStories

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.