Berbères du Maroc [3]

L'itinérance des Berbères les a conduit au Maroc il y a longtemps, à travers le Sahara, depuis le plateau aride du désert d'Arabie et ses oasis luxuriantes. Si les paysages rencontrés sont d'une extrême beauté aux dires des Berbères, ils n'en sont pas moins inhospitaliers pour la plupart d'entre nous. Si l'oasis offre un répit aux hommes comme aux bêtes, les longues traversées des zones arides relèvent d'une toute autre performance.

Lac Gaberoun, Désert d'Arabie

Ceux qui s'aventurent dans les déserts pour les traverser ont des aptitudes particulières. Au delà de la condition physique et de la résistance à l'effort, il faut aussi avoir des aptitudes psychologiques.

La beauté des dunes et la majesté des ombres rappellent que ces régions arides sont vides de toute présence humaine. La faculté d'adaptation de chaque individu parcourant ces zones désertiques est l'un des ingrédients de la survie. Les Berbères sont particulièrement habiles quand il s'agit de s'adapter en toutes circonstances. Si les Égyptiens considéraient les contrées arides à l'ouest du Nil comme le Pays de la mort, les Berbères y avaient pourtant élu domicile.

Désert Libyen

Si rude soit la vie dans l'Atlas marocain, celle ci a du leur paraitre douce au regard des conditions de vie dans le désert du Sahara ou dans ses déserts adjacents. Les pâturages y sont plus grands, moins distants les uns des autres et fournissent l'alimentation à de plus grands troupeaux. Les Berbères sont comme des graines portées par le vent. Lorsque les graines rencontrent un terrain propice, elles se développent rapidement, s'adaptant à ce nouvel environnement.

Portés par leurs envies, les Berbères choisissaient la direction à emprunter, leur destination était l'horizon derrière les dunes. Leurs tentes les suivaient, sur le dos des dromadaires. Elles étaient rapidement installées, surmontées de tapis Hanbel. Le poids des tapis les ancraient au sol. Ces tapis étaient tissés et surtout fins, afin d'en retirer le sable plus facilement.

Tapis Hanbel, Maroc

Ces tapis servaient aussi à garnir le sol des tentes, et participaient au commerce des Berbères. Dans les massifs montagneux, comme le Moyen Atlas marocain, les tapis remplissent aussi les habitats en pierre ou en terre. Cette région étant la plus froide d'Afrique en hiver, il devient nécessaire de fabriquer des tapis à longs poils pour se protéger du froid.

Tapis Beni Ouarain, Maroc

Ces tapis épais et soyeux servaient aussi de lit avec les couvertures Berbères. Lorsque les Européens vont découvrir ces tapis au début du XXème siècle, ils en feront le commerce avec les Berbères, pour le succès que l'on connait. Si ces tapis sont hors du temps, c'est qu'ils n'ont pas été conçus pour répondre à une mode, mais pour se protéger du froid avant tout.

La caractère archaïque de ces tapis porte en lui un peu de la culture profonde des Berbères. Si l'on pouvait en percer les secrets de leur décoration, on lirait l'histoire des Berbères comme dans un livre. Mais celle-ci reste pour l'essentiel réservée aux Berbères. Ainsi vont ces hommes libres et mystérieux ... capables de s'adapter partout où l'on pense que la vie est impossible.

Crédits photos: Roberdan, Qyd

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.