L'Afrique épargnée par le COVID-19 ?

Alors que les pays européens ont des statistiques alarmantes depuis le début de la crise épidémiologique du COVID-19, l'Afrique présente un bilan sanitaire bien moins désastreux que prévu.

L'Afrique est le continent le plus épargné en terme de contamination et de mortalité. Malgré ces bons résultats, il reste difficile de voyager depuis l'Afrique vers les pays européens. Il en est de même pour le transport de marchandises, fortement ralenti.

Revenons au printemps 2020 pour comprendre l'évolution d'une situation sanitaire en Afrique qui n'en finit plus de causer des dommages économiques.

L'Afrique "doit se préparer au pire"

Cette annonce provient de l'OMS et date du 18 mars 2020. Reprise par Euronews sur son site le 22 mars 2020 (1), cette information ressemblait à une alerte pour l'Afrique.

Pourtant, à cette même période, la contamination était encore faible sur le continent africain. On recensait un seul cas le 16 février, puis seulement 580 cas le 22 mars sur l'ensemble du continent africain. C'est très peu pour un continent qui compte 1,3 milliard d'habitants.

L'OMS imaginait alors que la densité de population dans certaines régions de l'Afrique accélèrerait la propagation du virus. La pauvreté ne ferait qu'amplifier ce phénomène.

Ces prévisions inquiétantes ont induit des réactions en chaine. Ayant observé que le virus était entré en Afrique par des voyageurs en provenance de l'Europe, plusieurs pays africains, dont le Maroc, ont choisi de fermer leurs lignes aériennes internationales.

L'OMS persiste et inquiète l'Afrique

L'isolement de l'Afrique ne faisait que commencer. L'OMS confirmait ses craintes en expliquant que les chiffres pour l'Afrique étaient largement sous-estimés. Cette nouvelle annonce répandait la peur parmi les pays africains.

Surfant sur cette vague de peur, l'OMS envoyait 80 experts en Afrique pour organiser la réponse à cette épidémie, toujours selon le site d'Euronews. Pas de quoi rassurer les populations quand on sait que l'OMS est plutôt vue d'un mauvais œil en Afrique.

En effet, les opérations entreprises par l'OMS en Afrique n'ont pas toujours été salutaires. Les campagnes de vaccination massive ont parfois amené des résultats contraires à ceux qui étaient attendus.

Des opérations sanitaires controversées

Le dernier exemple en date remonte au 25 août 2020 lors de l'annonce officielle par l'OMS de la fin de l'épidémie de poliomyélite sauvage en Afrique (2).

Il est question d'une victoire présentée comme une "étape historique". Cela représenterait "l'une des plus grandes réalisations de santé publique de notre temps". Les éloges auto-adressées sont édifiantes et soulignent le succès du vaccin. L'OMS se vante comme aux plus beaux jours. Elle prédit même que "l'éradication mondiale de la poliomyélite est de plus en plus proche".

Ainsi l'Afrique serait sauvée d'un fléau qui a produit énormément de souffrances en Afrique. Les enfants ont été particulièrement affectés par cette maladie. L'espoir de voir cette maladie éradiquée du continent africain ne va pourtant pas durer longtemps.

En effet, trois jours après cette annonce fracassante de l'OMS, celle du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) ruine cet espoir (3). Le virus de la polio se répand au Soudan alors qu'il avait disparu il y a plus de 10 ans. Il provient d'une souche du Polio virus présente dans le vaccin qui avait été utilisé en Afrique. Le virus sauvage a bien été éradiqué, mais il est remplacé désormais par une autre souche virale plus virulente provenant des vaccins.

Des prévisions douteuses

Cet épisode du Polio virus rappelle que les prévisions et les interventions de l'OMS ne sont pas toujours réalisées ni couronnées de succès en Afrique.

Néanmoins, sur la base de prévisions alarmantes de l'OMS à propos du Covid-19, l'Afrique connait un sérieux ralentissement économique en 2020. C'est pourtant le continent le plus épargné par cette épidémie. La situation économique à Marrakech illustre bien ce paradoxe. Les autorités marocaines évoquent un véritable effondrement économique de la cité ocre.

Lire l'article: Marrakech, une histoire de confinement

Alors que les nuages assombrissent le ciel de l'Afrique, le New York Post publie un article surprenant (4). Les scientifiques ne parviennent pas à comprendre l'absence d'épidémie de coronavirus en Afrique selon ce journal. L'hypothèse avancée est que d'autres coronavirus causant un simple rhume auraient immunisé les populations en Afrique. Des chercheurs en Afrique du Sud ont tenté de tester cette hypthèse, mais leurs travaux ont été stoppés pour des raisons techniques.

Si l'épidémie de Covid-19 s'avère être peu présente en Afrique, les conséquences économiques seront en revanche bien plus lourdes à supporter pour un continent qui peine, déjà en temps normal, à lutter contre la pauvreté et à produire de la croissance.


Sources

1 - Covid-19 : l'Afrique "doit se préparer au pire", alors que le nombre de cas augmente, euronews.com, 22/03/2020

2 - L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite félicite la Région africaine de l'OMS, certifiée exempte de poliomyélite sauvage, who.int, 25 août 2020

3 - Malgré l’annonce de son éradication en Afrique, des cas de polio recensés au Soudan, un.org, 28 août 2020

4 - Scientists can't explain puzzling lack of coronavirus outbreaks in Africa, nypost.com, By Chris Smith, BGR, September 4, 2020


Ces articles pourraient vous intéresser

- L'artisanat marocain en temps d'épidémie

- Maroc: Les conséquences économiques d'un risque sanitaire

- Marrakech, une histoire de confinement

Artisanat du Sud - Tapis Beni Ouarain

www.artisanat-du-sud.com

www.tapis-beni-ouarain.com

Derniers articles postés sur le thème Décoration. Suivre le flux Atom des articles.

Pour toute demande d'informations, contactez-nous.